Bermudes. Au paradis, exactement.

Bermudes ! Au paradis, exactement.

Aah ! Les Bermudes !!! Comme nous avons aimé cette escale ! Nous y avons passé cinq jours, durant lesquels nous nous sommes vraiment régalés. Ce fût une de nos plus belles étapes. Nous y avons atterri par hasard, et le hasard fait parfois bien les choses ! Comme on vous expliquait dans le post précédent, nous étions partis pour les Açores, mais des vents pénibles nous contraignirent à faire cap sur le Groenland ou sur le Cap Vert. On choisit finalement les Bermudes, route inverse. Deux des trois bateaux partis de St Martin avec nous nous suivirent, et c'est donc à trois joyeux frenchy boats qu'on arriva dans cette archipel inconnu.

L'arrivée fût magique, à travers un chenal naturel nous accueillant d'une explosion de verts conifères, d'eau turquoise et de roches coralliennes. On déboucha alors dans un immense lagon, au pied d'une adorable ville : St Georges. On fit les formalités aux douanes, puis on fila au mouillage peinard. On passa la première soirée au pub du coin, à fêter nos retrouvailles avec Just sail it et Black Beatle, nos deux bateaux compagnons de transat ; et on retrouva des copains croates du Cap Vert. Inutile de vous faire un dessin. C'était bien !

Le lendemain, on partit dégourdir nos inférieurs ankylosés. On quadrilla les chatoyantes ruelles de St Georges. On tomba peu à peu sous le charme de cette ambiance coquette et sereine. On s'émut du souci des autochtones à prémunir du froid leurs arbres et lampadaires !


1-arbre-tricote.jpg

Arbre tricoté. Une idée à piquer!


3-lampadaire-tricote.jpg

Lampadaire chouchouté

Toutes les maisons de St Georges ont un toit d'une blancheur immaculée. Ce sont des plaques de calcaire peintes reposant directement sur une forte charpente de bois. Elles sont disposées de sorte à pouvoir récupérer l'eau de pluie ; l'eau étant une denrée rare. Les économies d'eau sont drastiques : l'eau des toilettes publiques n'est rien d'autre que de l'eau de mer.


4-toits.jpg

Toits immaculés


Au hasard de notre balade, on découvrit un spot magnifique : Tobacco bay et ses criques annexes. Un lieu magique où se dressent hors de l'eau turquoise et du sable jaune des mastodontes de roches. Comme dirait Fabien, on pourrait très bien imaginer un druide sortant de derrière ces dolmens volcaniques. Un druide en bermuda.


6-crique.jpg

Vers Tobacco bay, une crique déserte


7-dolmen.jpg

Menhir volcanique


8-tobacco-beach.jpg

Tobacco bay. Photo JP de Just sail it.


9-tobacco-beach.jpg

Tobacco bay


Du coup, le lendemain, on fît un pique-nique vers une mini-crique déserte, où on fit un barbeuc. On embarqua masques et tubas ; c'était un véritable aquarium. Il y avait des poissons énormes !! On était au paradis...


10-crique-fetiche.jpg

Barbeuc dans notre petite crique. Photo JP de Just sail it!


11-eau-cristalline.jpg

Eau cristalline!


13-barbeuc-1.jpg

Barbeuc


12-planche-1.jpg

La planche! Photo JP du Just sail it

13-molkky.jpg

Le molkky. Photo JP

On avait emmené le molkky ! Les filles ont encore remis les gars à leur place ! Houhou !!! Haha ! On découvrit aussi la « molle », un jeu de pétanque mou : ce sont des balles de jonglage. Du coup, on peut y jouer sur tous les terrains, et se faire des parcours du combattant. Encore un jeu qui plaidera sa place à bord du batea.... « AAAAAH NOOON Marie, c'est pas négociable. J'en ai ras le bol de tes jeux qui pèsent un demi-tonne à eux seuls, de tes quarante jeux de plateaux saucissonnés dans tes boîtes plastiques, qui prennent la place de la penderie des vestes de quarts ; de tes mikado géants qu'on a heureusement offerts à Isa (trente ans) pour son anniversaire ; de tes quilles bretonnes - heureusement modèle enfants ; de ton ballon de volley - et encore, avant il y en avait trois; on a assez de nos deux sacs de pétanque homologués, de notre kubb viking en bois qui pèse 5 kg, du molkky finlandais en pin qui en fait 4, des palets bretons en fonte et de sa planche en peuplier d'1m². Stop. » Rhho, hé, dis donc, c'est pas moi qui ai plaidé pour embarquer des galoches sur billots en fonte comme celles ton grand-père (8kg à elles seules). Hé, ho. Comme s'il fallait vous prier pour jouer à tout ça. Ho. Le culot.

Partis plus tard pour visiter un des nombreux forts vieux du XVIIème, on tomba par surprise sur un petit bar Peace and Love agrippé à une falaise, chez Yes Papa. On fut accueilli comme des princes, avec un verre de punch offert sans discussion, alors que nous étions partis pour un café. Un mini poste crachait du Bob Marley pour toute la plage, et il fallait toucher la paroi de la falaise « Peace and Love » pour bénéficier des bonnes énergies du lieu. C'était le jour de la fête des mères anglo-saxone, et tout le monde était sur son trente-et-un, habillés des plus beaux atours. Toutes les femmes me souhaitaient une « happy mother day », en riant. On était juste au paradis, encore une fois... 


15-yes-papa-et-sa-cherie.jpg

Chez Yes Papa


15-bar-yes-papa-just-sail-it.jpg

Chez Yes Papa, sur la plage


fab-et-marsu-1.jpg

Fab et son Marsu, mascotte du Black Beatle, qu'il trimballe comme le nain de jardin d'Amélie Poulain


fab-et-marsu-yes-papa.jpg

Fab et Yes Papa. Sous la voûte Peace and love


15-jeudemer-peace-and-love.jpg

La griffe de Jeudemer chez Yes Papa! Photo JP!

Rejoints par cinq copains d'un autre bateau (la team des Kiklack), on décida à bouger pour se faire un foot. C'était Kiklack vs les autres (Jeudemer, Justsailit et B.Beatle) . Avec moi au goal. Jamais cette verdoyante pelouse anglaise ne vît aussi médiocre goal de toute sa vie botanique. Cependant les scores furent serrés : on essuya un 20-18 en se battant ardemment. Mais je soupçonne les gars de m'avoir épargné des buts par peur de me dégoupiller la tête. A moins que cela soit mes hurlements gutturaux et mes roulements de yeux féroces qui déstabilisèrent l'adversaire (hypothèse moins probable.). Mais en tout cas, on s'est bien marrés !!!


sail-all-day.jpg

Sail all day...


marie.jpg

 La vie est belle!


14-poteau.jpg

La dream team


no-entry.jpg

 Fab


17-1.jpg


Le lendemain, les gars partaient visiter une grotte de « cristal » (cachée dans un hôtel cinq étoiles qui garde jalousement son secret aux touristes) et se sont baignés dans un petit lac souterrain, sous les stalactites. Il paraît que c'était génial. Pendant ce temps je me suis fait une énorme balade avec Tos, visitant des vestiges de forts abandonnés et me perdant dans des ruelles inexplorées. C'est vraiment magnifique. On est constamment sous le charme. Il y a beaucoup d'espaces naturels préservés et d'espaces verts. De plus, c'est le printemps... David était émerveillé de voir enfin du vert tendre sur les branches !! Et de marcher nus pieds sur les tendres gazons anglais... Le régal !! C'est vraiment la transition entre les Antilles et la Bretagne. Il fait encore chaud mais on sort les petites laines le soir ; l'eau est à température juste agréable, mais pas pendant trois heures durant ; il y a des pelouses - enfin - mais la plage et quelques bananiers nous rattachent aux Caraïbes. La veille du départ officiel, pendant que les gars faisait le plein de gasoil, j'ai prit mes quartiers pour balader Tos avant 15 jours de mer. Depuis que Jérem est là, j'avoue que les corvées d'intendance et d'approvisionnement sont beaucoup plus simples ! Je délègue! Je me suis baladée quelques heures pour échouer sur une pointe magnifique, balayée par la mer furieuse (on était au lendemain d'un coup de vent qui avait mis en alerte tout le mouillage pendant la nuit). Des criques cristallines et des îlots coiffés de citadelles en ruine. C'était très beau. Tout le long du chemin était un dédale de minis lagons, dans lesquels se cachaient de petits bateaux de pêcheurs. C'était super.

Les Bermudes, vues du ciel, forment un archipel de cinq îles principales, ainsi qu'une multitude d'îlots. Les îles sont reliées entre elles par des ponts restaurés. Une pléiade de lagons turquoises les délimitent. Nous n'avons exploré qu'une partie de l'île du nord, et nous savons que nous n'avons goûté qu'à une infime partie de sa beauté. On est vraiment étonnés de n'avoir jamais eu échos de cet archipel, autrement que par sa légende de triangle infernal.

C'est tellement beau ! Et les gens sont tellement sympas ! Je vous jure, on hallucinait. Jamais, à part en Casamance, au Sénégal, nous n'avions croisé de gens si souriants et polis, qui te saluaient dans la rue d'un sourire en te demandant comment tu vas ; ou en voiture, alors que tu prenais toute la route avec ton chien et ton oubli du code de la route britannique. On était complètement sous le charme !

Nous devions partir aujourd'hui mardi 15 mai, mais la mer trop formée et la formidable bringue de départ de la veille plaidèrent pour une remise au lendemain. Ce qui nous permit de faire une journée peinarde au soleil, sur la place principale de St Georges.

C'est une large place carrée, où se trouve l'office de tourisme et Lala, qui y travaille, et avec qui on accrocha tout de suite. Elle est trop rigolote et sympa. L'office de tourisme est un rendez-vous des touristes mais surtout des marins qui s'y vautrent sur le canapé, les bancs en bois, les marches et le carrelage, pour accéder à internet (Sauf moi ! Mon ordi refusait catégoriquement ! Il a fallu que Lala m'installe d'autorité sur un fauteuil derrière elle pour me filer un câble internet!). Un coffee shop à côté. Des bancs assiégés par des touristes épuisés vaguement attentifs à nos deux musiciens du bout de la place, sur leur estrade, qui jonglaient quotidiennement entre des reprises de Bob et des mélopées caribéennes. Tos et moi étions leur plus grandes fans, on a donc eu droit à notre morceau dédicacé. On joua aux palets bretons et au molkky sur la place, pendant que Tos draguait tous les touristes, toutes nationalités confondues. Ce chien a un succès dingue. Les gens sont complètement fous d'elle, malgré son odeur caractéristique de chien mouillé et sa canine en moins. On regrette amèrement de ne pas l'avoir dressée à faire des tours, elle aurait ainsi pu contribuer à renflouer largement notre caisse de bord.

Voilà. Demain, c'est officiel, nous partons enfin pour les Açores. Je ne réalise pas vraiment. Croisons les doigts pour que cela se passe bien... La fameuse transat retour... j'avoue que j'aimerai déjà être arrivée.

Que Neptune soit avec nous !

Allez. On the sea again, pour finir notre sea trip en beauté.

Kenavo, on vous embrasse fort !

Ps : ce soir Dav a ressorti le bonnet. Moi mon pantalon de pyjama... Ouille.

Ps 2 : Le Bermuda, c'est un short porté par les policiers des Bermudes, à qui il doit son nom. Porté généralement avec une chemisette de coton léger, une paire de chaussettes remontant jusqu'aux genoux dans des souliers qualifiés de pratiques.

Ps 3 : Le triangle des Bermudes, c'est un triangle imaginaire qui s'étend de la Floride à Porto Rico jusqu'aux Bermudes. Selon la légende (démontée depuis), ce serait une zone de disparitions mystérieuse de bateaux et d'avions. On évoque un dérèglement magnétique qui affolerait les boussoles. On avance aussi des flatulences océaniques d'hydrate de méthane, qui, si j'ai bien saisi, perturberaient la densité de l'eau et donc la flottabilité des bateaux... Même phénomène dans l'air, pour les avions, qui verraient leur portance affaiblie... Mais apparemment ces phénomènes ne sont pas plus développés qu'ailleurs, et c'est surtout les fantasmes qui ont alimentés cette légende ! Bref, c'était intéressant, et c'était la leçon 45 d'histoire scientifique.

See you !


jeudemer-s-team-1.jpg

Let's go!


A l'heure où je poste ce billet, on est sur le départ! Jeudi 16 mai, 11h50 H Bermudes. See you aux Açores. Croisons fort les doigts pour que tout ce passe bien.... Pensez fort à nous, on pense à vous. Kenavo!


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site