Transatlantique. Ok. Ca, c'est fait!

Transatlantique. Ok. Ca, c'est fait! Dimanche 27 janvier 2013

Ça y est, on est arrivés!!!!! En Guadeloupe, ce matin! HOURRAH! Quelle joie, quelle joie, quelle joie, on était raides dingues de bonheur.

Un peu plus de 19 jours de transat', ce qui n'est pas tout à fait un record de vitesse! Pas tout à fait une balade de santé non plus. Car on en a chié! Désolée, pas d'autre terme.

Notamment prisonniers d'un orage inouï pendant plus de 20 heures, où la foudre tombait toutes les 2 secondes autour de nous, je n'exagère pas. Et des jours et des nuits de mer croisée, où trois houles de directions différentes s'affrontaient et se jouaient de nous comme d'une balle de ping pong, sous des déferlantes et des murs d'eau de 5 mètres (maximum! heureusement). Et des moments de doutes. "Euh... c'est normal de se taper du près (vent de face) en plein alizés censés nous porter, pendant que la pression dégringole, ou il y a un méchant truc qui arrive?" Enfin, bref. On nous avait dit: "la transat, en janvier et dans ce sens, c'est simple: c'est du portant, des alizés établis, pas de tempête, et jamais plus de 30 nœuds dans les grains!" On s'est tapés du 50 et tout le contraire. Mais, vous savez bien, il faut qu'on se fasse remarquer, on n'aime pas faire comme tout le monde!



img-1756.jpg



Mais ce fut aussi des moments fabuleux. Cette contemplation... ces instants d'une telle plénitude, où nous touchions le bonheur du doigt... et ce ciel croulant d'étoiles, rien que pour soi... ce plancton phosphorescent... ces oiseaux éreintés venus nous tenir compagnie quelques heures... ces tartes aux pommes et cette mousse au chocolat de réconfort... ces sessions films drôles les soirs de pétole... et ces nuits à dormir à deux au tout milieu de nulle part, où nous ne faisions pas nos quarts (au milieu de l'Atlantique, il n'y a personne! nous mettions juste l'alarme AIS au cas où!) et où nous laissions notre pilote barrer tout seul dans la mer belle, pendant que nous ronflions à qui mieux mieux.

Ce fut dur, mais beau! Quelle joie d'arriver quand même! Rien que de voir et entendre les oiseaux, nous étions heureux! Ils sont magnifiques ici, on a halluciné... du modeste passereau à cet espèce de pélican noir...
Nous n'avons pour l'instant pas beaucoup vu du pays, nous sommes arrivés il y a seulement quelques heures; mais nous sommes baladés le long du port pour dérouiller nos carcasses crispées de sel. Et nous sommes tombés, ô merveille, sur quoi, à votre avis? Un supermarché!!!! Carrefour!! Petit, d'accord, mais quand même! Mon dieu. Si j'avais su, qu'un jour, je serais ravie d'aller faire mes courses dans un temple pareil... Et bien si. On était fous. "Regarde! Olala, pince-moi, je rêve, du fromage de chèvre!! Bon, c'est pas du Sainte Maure de Touraine, ni du Chavignol, mais je prends, et... oh!!! Ne bouge pas mais je crois que j'ai vu un Camembert!!!!!!" Dav fila quant à lui directement au rayon charcuterie et opta pour un petit pâté et un gros saucisson. Et une salade. Et un steak haché. Tos ne fut pas oubliée, elle eut droit à sa boîte pour chiens. Non? Quand même? Bon. Et voilà à quoi ce sont résumées nos premières heures antillaises: ripaille de tripailles et de fromages! Et un coup de vin rouge par dessus tout ça! Le bilan: Dav qui ronfle actuellement étalé sur la couchette du carré, poisseuse de sel et de sueur. Tos qui dort sur un lit de chaussettes mouillées et puantes. Le bateau est dans un état pire que le pire lendemain de fête de son histoire. Dans l'air une subtile odeur de poubelles de 3 semaines. Et nous ne sommes guère plus propres sur nous! Je vais donc tenter une sortie lessive pour dégourdir mes membres et ceux de Tos (et mon esprit; 19 jours de sommeil épars ne font pas que du bien aux neurones). Notre première laverie automatique depuis l'Espagne! On l'aura bien méritée! Marre de tout laver à la main!

Donc tout va bien ici; on est rincés, fourbus, morts, mais on a une banane d'enfer!
On vous racontera dans quelques jours. L'heure est au repos et au ménage!
Avant de finir, une dédicace à notre gros pépère de Jeudemer qui a été terrible et qui n'a essuyé aucune casse notoire. Bravo aussi à cette saucisse de Tos qui a été absolument géniale pendant toute la nav'.  Saluons aussi Raymond notre régulateur d'allure et notre pilote auto R2D2, nos barreurs de choc. Sans qui on n'aurait nettement moins bien dormi!

Kenavo, on vous embrasse! A bien vite!



Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site