Golfe de Gascogne, Gijon

Golfe de Gascogne Samedi 28 - Mardi 31 Juin

Ca y est c'est partiiii! On décolle. Malheureusement la météo a changé de pronostic: le vent d'Ouest persiste. Tant pis, on se tapera du près, on n'en peut plus d'attendre. Le coup de vent de la veille est passé, on nous annonce 20 nœuds établis, ok, go!

La veille et le matin même, l'ambiance est à la concentration et derniers réglages. Le chenal du four et l'appréhension que je ressentais alors me font maintenant sourire... on passe des étapes.

Là, sortis du goulet de Brest, on appréhende la houle, le courant de Sein et ses hauts-fonds. Finalement on se farçit une houle de 4-5m, vent de face; le bateau tape, c'est un peu désagréable mais ça va! Sur le Marguil, à la VHF, Jerem se fout de moi, ravie de voir si peu de houle alors que nous ne sommes pas au large (je m'étais préparée à un tableau du genre ma première et unique transmanche à 40 nœuds en rafales et une houle impressionnante).  Il est puni en vomissant pendant des heures son saucisson à l'ail - et moi j'ai une forme olympique.

Et devinez qui, sur Jeudemer, va tenir le quart pendant 10h d'affilée pendant que l'autre est tellement malade qu'il nourrit les poissons de son dernier repas? C'était pas David! Qui l'eut crû hein?

Une traversée géniale. Passée la marche houleuse des 4000m, la mer est moins cassante, malgré le près serré. Après la première nuit un peu agitée mais bien, la mer se stabilise et le soleil est haut perché dans notre ciel sans nuages; ça y est! Adios Bretagne!!! Le 3ème jour, j'ai fini en maillot sur le pont ! (5 minutes).

Nos premiers dauphins. Plusieurs fois, des hordes de 10-12 individus qui jouent tout autour du bateau; frôlent la coque et sautent synchro (10 d'un coup!), on les entendait chanter, on aurait pu les toucher si on avait osé, c'était génial!

Aucun incident à déplorer, si ce n'est la pompe de cale qui avait été désactivée par "quelqu'un" (dixit David. C'est un peu lourd d'accusation à mon sens), ce qui fait qu'on s'est retrouvé à écoper 30 litres de flotte qui suintait des cales. Et nettoyer surtout; c'est vraiment dégueluasse! Et là, on s'est rendus compte qu'il y avait peut être un souci: pourquoi prend-t-on autant l'eau? Allez, on verra ça plus tard, on a plus important à faire: la contemplation! On arrive à Gijon (Asturies, nord Espagne) le soleil se couche, les montagnes se dessinent, la lune pleine plane par dessus, la ville s'illumine au loin, c'est beau.

Arrivée à Gijon au moteur, car on s'est retrouvé scotché dans une bulle. Le terrible Golfe de Gascogne était une mare!

le-lac-de-gascogne.jpg

                                                                                               Le lac de Gascogne!

Arrivée dans la nuit.  C'est une ville énorme, l'approche dans la nuit est glauque, on se demande ce qu'on fout là.

Finalement on adorera cette ville! Ses troquets, ses couleurs chatoyantes, son archi complétement hétéroclite, son poulpe mariné, son port de plaisance au pied de la vieille ville, son tinto de verano, ses plages de pêcheurs et surfeurs au pied de la ville!

Leur spécialité: le cidre! Mais j'ai vite déchanté, c'est extrêmement acide et plat. Ils achètent une bouteille pour tous et un verre, qu'ils remplissent de très haut comme un thé marocain, boivent cul sec, et jettent le reste pour rincer, et tiens, passe à ton voisin! C'est très populaire, mais on a boudé. Je me suis remis au tinto de verano (vin rouge+limonade+citron+une larme de martini rouge), mama que c'est bon! Les gars à la san miguel, la bière espagnole!

Les 3 jours suivants seront sous le signe du bricolage, comme d'hab. Le premier jour Dav et moi n'avons foutu le nez dehors: chantier plomberie. Chercher les fuites, réparer les pompes de cales et d'eau douce. Sortir la cuve de 100L d'eau. Assécher les cales.  Puis: Chariot de grand-voile. L'ancre. Régler les haubans et le mât (grosse frayeur: on avait trop serré après avoir démâté pour vérifier le mât avant le départ: on s'est soudainement rendus compte que le mât s'enfonçait et que la coque se déformait. Pour l'instant ça ira. On renforcera la coque avec de la choucroute plus tard.). Ça n'en fini jamais... Dès qu'un truc est réparé l'autre lâche, et dans la minute qui suit. A tous ceux qui croient encore que la plaisance c'est le rêve, c'est non! Ça se mérite et on en chie, parce que c'est pas club Med.

plomberie-for-ever.jpg

                                                                                                                                                                      Plomberie for ever

Ceci dit, c'est le jeu, et on a pour l'instant été épargnés par les grosses galères et tempêtes. On en a quand même bien profité le soir et on s'est marrés!

gijon-2.jpggijon.jpggijon-3.jpg

                                                                                                            Viva Gijon!                                  Les ravages de l'alcool: c'est triste, si jeune...               ... et à son âge.

(Cliquez sur les photos)

Quel bonheur que de parler espagnol; on est déjà ailleurs. La Bretagne derrière nous, c'est enfin l'inconnu.

On baragouine l'espagnol comme on peut, Yacky communique par gestes, en lâchant quelques "hombre" et mots italiens,  Dav par onomatopées, Yérem et moi c'est pas mieux, même si je me charge un peu de la traduction, et c'est pas triste.

Demain vendredi 6 juillet on file plus à l'ouest, retrouver Papy Cool (Daniel) dans un mouillage tout près. Il y avait une sacrée cartouche aujourd'hui, qui nous a obligé à rester ici encore un jour, mais demain ça se calme.

On vous donnera des nouvelles dans peu de temps. Ce n'est pas toujours évident de se connecter à internet - je pense qu'on mettra à jour le site au moins une fois par semaine; difficilement plus!

Pour le mot de la fin, je ne résiste pas à l'envie de mettre une photo de Dav qui se fait vacciner par Tonton l'infirmière. 

 vaccin.jpg                                                                                                                            

(Il a dit: plus jamais.)

 

Ne vous inquiétez pas, Dav écrira un jour, mais là il dort.

Hasta luego!

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×